Adieu grand frère

A l’âge de huit ou neuf ans, les réunions de famille étaient souvent tendues à mon endroit. A la question sempiternelle « Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? », je répondais le visage illuminé d’espoir : «Johnny Hallyday ».

Gros yeux de ma mère, et désapprobation générale de l’assemblée, laquelle mettait l’accent sur l’importance de bien travailler à l’école. Quelques années plus tard, le paternel complétait la harangue de la famille neuh neuh par : « math, physique, chimie, trois branches capitales ».

Lire la suite