Il ne pensait pas gaudriole

Ça devait arriver un jour ou l’autre. Et c’est votre faute, les filles. A force de nous culpabiliser, nous les hommes, parce qu’on drague, parce qu’on a envie, parce que la nature nous a confié le chromosome Y, sur lequel la conservation de l’espèce est inscrite, et bien, nous, les vrais, les alphas, les consciencieux […]

Lire la suite Il ne pensait pas gaudriole

Deux lettres de plus

D’accord, la grosse nouvelle de la semaine ne me concerne pas, mais quand même. Quand j’étais jeune et con, j’ai, je l’avoue, utilisé Windows. Puis, un jour, nous étions douze réunis dans un temple et l’esprit du LIBRE est descendu sur nous. C’est donc au nom de ces lointains et brumeux souvenirs que je me […]

Lire la suite Deux lettres de plus

Une frite, deux fois

Franchement, l’époque est pourrie : aux States, Fireduck ne veut plus appliquer le principe de solidarité dans l’OTAN. Dans le Golf, les pétro-monarchies s’excluent mutuellement. En Europe, pas une semaine sans qu’un taré ne se foute en l’air au nom d’un dieu que, depuis l’origine de l’humanité, personne n’a jamais entraperçu. Et voilà que l’UE y […]

Lire la suite Une frite, deux fois

Milestone

C’est moi, j’ai gagné. C’est moi, c’est moi, c’est moi, c’est moi. J’étais le premier à 635 800 000. Et çà, çà vous pose un homme, ma bonne dame. Si, c’est moi, vous pouvez vérifier…

Lire la suite Milestone

Démocratie et liesse populaire

​Entre le bonheur  populaire du camarade Xi Jin Ping, le bonheur populaire du camarade Poutine, le bonheur populaire du camarade Kim (quel que soit le Kim) ou le bonheur populaire du camarade Juncker,on ne sait plus où donner de la tête,tant ces pauvres gens se coupent en quatre pour nous rendre heureux. Je le concède […]

Lire la suite Démocratie et liesse populaire

En bas résille devant les yankees

Barroso, l’ancien chef de la Commission européenne atterrit chez Goldman Sachs. Les milieux bien informés sont choqués. Moi non. D’abord, je ne suis pas dans les milieux bien informés. En outre, tout ce ramdam sent le pathétique à plein nez. Aucune raison, à mon humble avis, de monter sur ses grands chevaux. Au contraire.

Lire la suite En bas résille devant les yankees