Le fort Signal de Mark

LA geek news de la semaine, c’est bien entendu, l’intention de Zuck de lier nos comptes WhatsApp et Fesse-bouc en un collecteur unique de données personnelles. D’accord, en Europe, on a le RGPD. Mais un accident est si vite arrivé… Et si par malheur, nos données se retrouvaient, suite à une erreur in-ex-pli-cable, sur un datacentre américain, là il pourrait, le Mark. Comment, dès lors, lui éviter ce genre de souci, me demanderez-vous avec raison et pertinence ?

Heureusement Elon Musk lui apporta la solution. Il conseilla à tout le monde de passer sur Signal.

Bon, Elon, on ne t’a pas attendu : on y est depuis longtemps. Pour raisons de sécurité d’abord. Parce que Signal c’est une plate-forme libre ensuite. Parce que sur Signal, on peut faire tout ce qu’on fait sur WhatsApp, tertio. Enfin, parce que le GUI de Signal est bien plus agréable à l’oeil que le vert dégueu de WhatsApp. En pied de texte, notez que le petit Breton de la grande Commission avait, dès sa nomination, lui aussi, recommandé de passer au phylactère bleu. Bref, si Musk, Breton et votre serviteur vous disent que c’est mieux, il doit y avoir une présomption de vérité (du fait des deux autres surtout).

Parlons d’abord sécurité : là où le grand Mark siphonne goulûment tout ce qui peut passer à portée de ses applications, Signal, lui, la joue discrète. Les métadonnées de vos messages sont envoyées vers votre interlocuteur par un canal différent du corps de message. Un algorithme permet de reconstituer le tout à la réception. Vos messages deviennent quasi irretraçables. Et votre vie redevient privée.

De plus et comme déjà mentionné, Signal est un projet open source : personne n’y a d’intérêt à collecter vos données, puisque la plate-forme ne dépend ni de revenus publicitaires en aval, ni de collaboration avec les Cambridge Analytica ou autres Palantir.

Parlons ensuite convivialité : si vous voulez reconstruire vos groupes WhatsApp sur Signal, une procédure facile est décrite sur les sites Android Central ou sur Numerama

Parlons enfin retour d’expérience : votre scribe utilise Signal depuis deux ans et n’a jamais rencontré le moindre problème. Par contre, j’y ai vu le nombre de contacts disponibles gonfler à vue d’œil. Vu la publicité d’Elon Musk pour l’application, ça ne devrait pas s’arrêter de si tôt : d’ailleurs, Signal croule sous les demandes. Exception notoire : le monde de la finance. Mais vu leur niveau en IT et en geek attitude, ils y viendront aussi.

Au 22e siècle.

Et demi.

Sinon, on les réveillera.

Un peu après.

Chuuuuut.

Voici deux mois, lassé de la bassesse de Fesse-bouc (le summum de la pornographie hypocrite), j’avais clôturé mon compte. Aujourd’hui, un fin sourire aux lèvres, je m’aperçois de la pertinence de la démarche. Rien de personnel contre Zuck, il s’agit juste une analyse rationnelle de son comportement. Aux States, son empire est menacé d’éclatement ; il se dépêche donc d’agréger les données de ses différentes plate-formes pour rendre la scission techniquement impossible. Et ses followers s(er)ont ses dindons.

Enfin, le récent bannissement sur Fesse-bouc de l’autre avec son renard crevé sur la tête ne doit pas vous induire en erreur : en septembre 1945, les nouveaux adhérents aux FFI utilisaient déjà la ficelle. L’été dernier, les deux dînaient ensemble, tout sucre et tout miel, à la Maison Blanche.

Existe aussi pour Linux..