Bis repetita…

Pour ceux qui jugeraient notre post d’hier outrancier, je voulais signaler deux articles, classées par heure de publication :

Les deux relatent un dîner entre l’autre et son renard crevé sur la tête et l’Obersturmgruppenführer de Fesse-bouc. Le dîner, tenu le 23 octobre avait été gardé secret. Une troisième personne était présente, Peter Thill, second actionnaire du réseau fangeux et patron de Palantir, une sorte de Cambridge Analytica pour la NSA et autres gentlemen des services secrets US. Ce monsieur constitue à lui tout seul le point Godwin du Web. Bien entendu, pour le thème du repas, on s’autorise à penser dans les milieux autorisés…

Voilà pour les constatations…


Maintenant, parlons de vous : chaque fois que vous vous fendez de la plus petite ligne, de la plus floues des photos, du moindre « Like », vous devenez complices de cette boue puante. Il vous appartient de savoir si la facilité de la plateforme vaut le prix de votre liberté et surtout de celle de vos progénitures, avouées ou non. Au risque de taper sur le même clou, si vous désirez vous exprimer sur le web, on trouve sans trop chercher des formats gratuits de blogs sur WordPress et autres.

Enfin, ce qui vaut pour les individus vaut encore davantage pour les institutions, partis politiques et sociétés. Si vous avez lu nos posts d’hier et d’aujourd’hui vous êtes prévenus. On comprendrait mal que des émanations des citoyens continuent à publier sur Fesse-bouc et se rangent de facto du côté de l’autre avec son renard crevé sur la tête. On comprendrait encore moins que leurs publications permettent au réseau fangeux de gagner de l’argent avec nos data…