Et donc, en quelque sorte…

Fin de notre quatrième Webschmit à Lisbonne. Toujours éreintant mais de plus en plus intéressant.

Les leçons à chaud :


L’avenir de l’humanité (si,si…) et la fin du digital passent par une coexistence homme-(ro)bot, ce dernier doté d’IA. Il faudra donc sérieusement encadrer cette dernière afin d’éviter la dystopie i-robot ou voir l’IA contrôler l’humanité. Ben Goertzel argue même de l’inévitabilité du pire scénario.

Le mouton noir c’est Zuckerberg. Au fil des conférences, il s’est au moins fait dézinguer trois fois, pour son manque d’éthique, sa manière perverse de collecter des informations sur nous et son soutien à l’autre, avec son renard mort sur la tête. A côté, Big Broogle passerait presque pour un ange gardien.

La mobilité sera multi-modale et électrique, le tout coordonné par de l’IA. Le temps du véhicule individuel est quasi révolu.

Les barrières d’entrée sont de plus en plus élevées dans les activités IT classiques. Les Venture Capitalistes, quant à eux, racontent les mêmes boniments depuis quatre ans.

L’Europe est de plus en plus larguée, en particulier à la pointe de la pointe. Dans le quantique, le Canada ou l’Australie seraient chacun plus avancés que l’UE dans son ensemble.

Normal, me direz-vous : le numérique pousse mieux dans un terreau de culture et de curiosité à son sujet, cf. les microcosmes californien ou israélien. Le grand public européen se tracasse de droit, de procédures, bref de la forme et non du fond. L’IT s’y trouve donc comme un cactus dans un sol argileux.

Or, précisément, des événements tels le Webschmit ont aussi pour objet d’ouvrir les yeux et l’esprit des participants. Là, cette fois encore, c’est réussi. La qualité des intervenants y contribue.  A contrario, on aimerait quand même d’autres têtes de gondoles que les sempiternels Tony Blair et Margret Vestagher sur les thématiques européennes. C’était leur deuxième année consécutive. Rappelons à l’organisateur le vieil adage : changement d’herbage réjouit les veaux…

Il s’agit bien sûr de conclusions personnelles. Le pow wow est tellement vaste que chacun en retire une formation en fonction des séminaires fréquentés, eux mêmes dérivés des centres d’intérêts personnels.

Lui est déjà disponible, programmation en JavaScript

Reste l’intendance :

Le campus avait encore grandi : 5 pavillons au lieu de quatre.

Lisbonne est de plus en plus agréable, la crise de 2009 s’estompe. Et puis 20 degrés début novembre, je ne crache pas dessus.

Uber est un escroc et un bandit de grand chemin.

Terminons par TAP, toujours en retard. Dommage pour sa réputationinho, parce que Ronaldinho était dans l’avioninho. En business class, bien entendinho. Un footballeur a besoin de calme pour jouer à Candy Crushihno sur son smartphoninho.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s