Synectique

La synectique, telle qu’elle me fut enseignée, consistait à prendre une véritable distance par rapport aux événements afin de trouver des solutions créatives. Il s’agissait d’une technique de pensée latérale.

Souvent, la vie vous confronte à des obstacles insolubles à priori. Sauf si vous vous y prenez différemment. Bien des fois, une nuit blanche, une douche glacée ou un jogging sous le vent et la pluie vous libèrent l’esprit et vous permettent, par analogie ou recoupement, de trouver une issue à une situation considérée comme désespérée. D’ailleurs, lors de notre formation en « creative thinking », on nous faisait quitter la salle de cours et on nous envoyait promener dans la campagne pendant une heure. Je ne me rappelle plus si je trouvais mais j’adorais aller promener.

Aujourd’hui, les consultants de pointe adoptent une optique différente : ils génèrent des idées originales directement dans la salle de réunion. Plus besoin de sortir, on court autour de la salle de réhu. Gain de temps, gain d’argent. Et pour courir plus vite, on se fait frapper, tel un pur sang.

Le problème, c’est l’étroitesse d’esprit de deux employées. Elles ne concevaient pas de renoncer à la promenade dans les chemins creux et ombragés. En plus, comme le tribunal ne connaît rien à la synectique, il leur a donné raison. Mais, au nom de la pureté méthodologique, les dirigeants de pointe ont fait appel.

L’article est tiré du Canard Enchaîné… Enjoy

Leurs bureaux sont situés « rue des chasseurs ». Ça vaut circonstances atténuantes, non ?