Les fenêtres prennent la porte…

La réorganisation Le change management top down annoncé par Nutella la semaine dernière implique-t-elle la fin à long terme de Windows et par extension des systèmes d’exploitation?

Elle implique en tous cas le départ du patron de Windows, et la dissolution de la division. Dorénavant, l’accent est mis sur les applications, le cloud, l’intelligence artificielle et les produits nomades. En clair, Windows devient trivial, accessoire.

Non je ne me réjouis pas du malheur des autres (bon, en privé, …). Pourtant les fidèles lecteurs de ce blog le savent : depuis longtemps nous avançons la théorie selon laquelle le produit-phare de Redmond c’est Office, pas Windows. C’est par Office, son ruban, ses icônes, sa navigation et surtout ses micro-développements en Visual Basic que Microsoft tient les utilisateurs. Nutella lirait-il notre blog ?

Mentionnons d’abord les trois problèmes spécifiques aux fenêtres. D’abord, la rétrogradation de Windows en nationale est due à son incapacité à réussir dans la mobilité. Aujourd’hui, ils en sont à vendre des Samsung Galaxy « version Microsoft ».

D’autre part, Linux motorise à ce jour environ les 2/3 du web mondial sur terre et dans le monde. Redmond lui-même est devenu membre de la Linux Foundation et autorise le téléchargement de certaines versions à partir de son shop. A Windows, il reste un îlot de messagerie avec Exchange. Deuxième défaite.

Enfin, parlons de Windows 10… Redmond serait déçu de son taux de pénétration : sur les 1,3 milliards de licences Windows (à la louche), 600 millions tourneraient sous la version à deux chiffres. En clair, les nouveaux PC, on n’a pas le choix. Sinon, personne ne bouge.

Échec dans les portables, échec dans le web, bof sur les PC’s : on ne s’étonnera pas du déclassement de l’OS.

Mais soudain, on se rappelle les vantardises du gros, prédécesseur de Nutella  (suintant des aisselles) : il se frottait le ventre des gains engrangés grâce à Android. On parlait d’environ 1,5 milliards USD, grâce à des droits d’auteur sur certaines routines du martien. Bref, pas trop besoin de Windows, Microsoft s’enrichit grâce à Google…

…pour l’instant en tous cas… parce que le créateur d’Android, lui va devoir changer de monture fissa. En cause une ixième itération du procès intenté par Oracle. Cette fois cela sent la défaite en rase campagne pour le martien vert. A la clé, des dommages jusqu’à 9 milliards USD pour utilisation (trop) gratuite des API Java.

Seulement chez Big Broogle, dès qu’on a un dimanche soir de libre, on écrit un OS ou un langage de développement. Il se murmure dans les milieux autorisés que Fuchsia, encore en développement, remplacerait Android et Chrome OS. A condition, bien sûr, de bénéficier du même engouement. Bémol : Fuchsia n’est plus basé Linux. On espère, à tout le moins, qu’il soit accessible sous licence GNU.

Bref, Windows et Android semblent moribonds. D’un côté on mise sur Linux, de l’autre on ré-écrit un OS « universel » . Les fenêtres prennent la porte et l’Empire prend des risques.

Fuchsia
Fuchsia OS 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s