Adieu grand frère

A l’âge de huit ou neuf ans, les réunions de famille étaient souvent tendues à mon endroit. A la question sempiternelle « Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? », je répondais le visage illuminé d’espoir : «Johnny Hallyday ».

Gros yeux de ma mère, et désapprobation générale de l’assemblée, laquelle mettait l’accent sur l’importance de bien travailler à l’école. Quelques années plus tard, le paternel complétait la harangue de la famille neuh neuh par : « math, physique, chimie, trois branches capitales ».

Bref, dès neuf ans, je compris que je ne deviendrais jamais Johnny Hallyday. J’en trouvai même la raison dans Rosa de Jacques Brel : «…  et qui seront pharmaciens parce que papa ne l’était pas ». Je décidai donc d’une rupture du cordon affectif avec mon non-apothicaire de géniteur. Johnny, par contre devint une sorte de grand frère virtuel.

Or il est parti sur l’île secrète du Pacifique, où séjourne déjà Elvis, avant son retour triomphal dans quelques années et, moi, j’ai perdu mon grand frère. Vers qui me tourner ?

Dans les sixties, on se situait à l’intérieur d’un triangle rock ‘n rollesque. Au sommet de chaque angle : Johnny, Eddy et Dick. Comme j’ai tout de même étudié au lieu de faire Johnny, je peux vous affirmer que le triangle n’est pas équilatéral. Reste ce jour Eddy Mitchell sans ses Chaussettes Noires et Dick Rivers sans ses Chats Sauvages.

Les théories marketing enseignent de ne jamais se trouver au milieu de deux pôles, on élimine donc Eddy et on se concentre l’anti-thèse : sur son Dick. Flash-back :

dans la Rome antique, le gouverneur romain de Palestine affirmait avoir un ami à Rome appelé Biggus Dickus. Il provoquait, lui aussi, la poilade générale. Son descendant, par contre,  fait plus sérieux talentueux rock’n roll rigolo

… en fait, Dick lui aussi doit être paumé. Le mètre-étalon du rock disparu, comment mesure-t-on son talent à lui ? Le sprint est serré car, sur Youtube, où l’on trouve, par exemple, le concert  de Johnny à la Tour Eiffel  on trouve aussi des vidéos de Dick. Y’en a marre de ce Western, par exemple.

Bon, en fait, il est peut-être temps que je devienne adulte.