Bezos a baisé Billou

Je ne sais pas vous, mais quand un homme (ou une femme) devient le citoyen le plus riche de la planète, j’ai tendance à me poser des questions. « Pourquoi » vient en premier lieu. D’ailleurs, quelle que soient les circonstances, « Pourquoi » demeure toujours la question la plus importante.

Or, le trimestre dernier, Bezos a baisé Billou (j’adore les allitérations). Traduction : le patron d’Amazon est devenu l’homme le plus riche de la Terre, devant le fondateur de Microsoft.

D’une part, rassurons les supporters de l’ancêtre : il n’émarge pas encore à la soupe populaire. D’autre part, réjouissons-nous aux côtés de ses adversaires : de toutes façons il a passé son temps à rouler le peuple. Il a fait croire qu’il possédait DOS, que Windows NT était multi-tâches, qu’Explorer était un browser,… Bref, sa dégradation pourrait donner à penser que Dieu existe.

Sauf que l’autre est pire : d’accord Billou mentait comme un arracheur de dents. Mais au moins possédait-il quelques produits. Bezos lui, possédait tout juste un CD shop virtuel et vendait pour compte d’autrui. Il a étendu son magazin à d’autres produits, jusqu’à couvrir l’universalité de nos besoins. En parallèle, il a développé sa logistique. Bref, Bezos est devenu le plus riche en demeurant au niveau le plus bas : l’exécution minutieuse d’un plan, dans un business sans véritable intérêt pour le genre humain.

Et là, tout d’un coup, j’ai mal quand je m’assois. En fait, le Jeff est devenu milliardaire en prenant sa marge sur la propriété des autres. Retournons le problème : sa marge lui a permis de devenir le nabab du système solaire. Pour les obtus : sa marge est trop élevée. Pour la lie de l’humanité : Amazon nous vend tout trop cher.

Avant son intronisation, j’en avais déjà assez de ses boutiques et suis retourné vers ebay. D’accord, ebay ce n’est pas djeuns. En plus, ils n’ont pas créé ebay prime. Mais j’ai acquis, cette année un Samsung Galaxy S7 pour 208€ (427€ chez amazon.fr ce jour) et un Samsung Dex à 61€ (89€). L’an dernier, c’était un Galaxy S7 edge pour 485€ (à l’époque rien sous les 525€).

LE parallèle entre les deux plus gros portefeuilles de la planète saute aux yeux : l’art de persuader le blaireau que, sans leur service, la vie est impossible. Autant mes anciens clients me certifiaient « on ne peut pas travailler sans Microsoft » voici 10 ans, autant aujourd’hui, leurs rejetons sont persuadés qu’un achat sur le ouaibe passe par Amazon. Dans les deux cas, seul le silence est grand.

Tant que l’humanité trouvera ce genre de classement pertinent, nous aurons un homme le plus riche du monde. Par contre la reddition en rase campagne évoquée ci-dessus est malsaine. Elle résulte, dans les deux cas, d’un marketing féroce, voire vicieux et d’un manque de concurrence. En 2018, le gros danger pour la société ne viendra pas de Google ni de Facebook, l’ennemi portera le nom de guerrières mythiques ou d’un fleuve d’Amérique du Sud.

amazonS7

208€ sur ebay…