En bas résille devant les yankees

Barroso, l’ancien chef de la Commission européenne atterrit chez Goldman Sachs. Les milieux bien informés sont choqués. Moi non. D’abord, je ne suis pas dans les milieux bien informés. En outre, tout ce ramdam sent le pathétique à plein nez. Aucune raison, à mon humble avis, de monter sur ses grands chevaux. Au contraire.

Le personnage d’abord : après des débuts maoïstes, il s’affiche en disciple assumé du tandem Bush-Blair, en néo con jusqu’à la moelle. Comme le maoïsme ne permet pas de palper 27K€ par mois (avec ou sans tickets restos?) il opte pour la présidence de la Grosse Commission. Il y prestera deux mandats, soit dix ans à cirer les pompes au tandem susmentionné.

Il y battra un record : celui du plus mauvais président de Commission. D’habitude, un record est souvent suivi de « depuis… » : depuis 10 ans, depuis 1962, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Avec José-Manuel, on repasse dans l’absolu. Il a été |le plus mauvais|, point barre.

A la fin de son deuxième mandat, il faisait connaître ses visées sur la présidence de l’OTAN ou de l’ONU (c’est bien payé aussi). Manque de bol, W avait été remplacé par Obama, lequel appréciait très modérément les anciens bébés Bush. Fini les appuis yankees, il fallait se repositionner…

… dans une banque d’affaires yankee, par exemple. Çà paie toujours bien et le José n’arrivait pas à surmonter une indiscible nostalgie des 27K€ (plus tickets-restos ?) mensuels. Nouveau manque de bol, depuis quelques mois, l’ancien aigle de la finance internationale bat de l’aile. Les résultats sont en régression et le big boss est malade. Sur les marchés, la banque d’affaires ne fait plus peur. Et d’un.

Et de deux, si vous travaillez pour un banquier américain et avez quelque ambition, plus un CV de dirigeant international, vous vous faites parachuter à New York. Londres c’est bien mais pour les amerloques, c’est la succursale.

En gros (non, pas de second degré), plus tôt que de m’offusquer j’aurais davantage tendance à m’esbaudir, pouffer, me moquer, me gausser, me tenir les côtes : le plus mauvais président de la Commission se recase, en second choix, dans la succursale d’un établissement sur le déclin. Deux canards boiteux n’ont jamais engendré de cygne.

canard

De l’eau, un canard (sans tête)… Bon il manque les plumes.