Teslaaaa, oui.

Vous avez cassé le cochon, vidé tous les comptes-épargnes, les vieux livrets et autres héritages de la vieille tante d’Amérique et de l’oncle du Kazakhstan. Vous poussez la porte de la concession. Vous allez enfin agir pour l’environnement (en façade) et vous la péter grave (à l’intérieur).

Le vendeur suit son plan de questionnement, destiné à vous fourger des options chères et, si possible, l’un ou l’autre abonnement, histoire de vous apprivoiser pour de bon.

Un essai plus tard, vous êtes conquis, négociez le prix et signez. Quelques mois se passent et vous êtes livré. Tout le quartier est derrière les rideaux à mater en douce…

…cette superbe Tesla, toute électrique, hyper-silencieuse, confortable, rapide, d’un look d’enfer, elle dispose de 400km d’autonomie, par monts et par vaux et même dans les centres-villes. Lunettes noires sur le nez, vous frimez dans tout le patelin, oh la belle vie, ze goude laïve.

Un jour pourtant, la voiture devient bizarre et n’en fait plus qu’à sa tête, comme si quelqu’un en avait pris le contrôle.

En fait, si vous lisez l’article en référence, c’est loin de représenter une utopie : un hacker blanc (un gentil) a branché son PC sur le connecteur de la voiture, dont il est, incidemment, propriétaire.

Surprise numéro un : aucun pare-feu. Le SSH passe par le port 22, le http par le 80, rien que du naturel, pas un seul re-routage. Bref, un lycéen bidouilleur mal intentionné peut prender le contrôle du véhicule.

Surprise numéro deux : le soft est basé sur Ubuntu, autour duquel les développeurs de Telsa ont écrit leurs routines. Aucun problème jusque là. Sauf…

… sauf qu’Ubuntu, c’est linux. Linux, c’est du logiciel libre, sous licence GNU. Autrement dit, vous bénéficiez des sources, écrites par d’autres. Mais quand vous améliorez ou que vous écrivez des routines supplémentaires, vous en faites bénéficier la communauté : vous publiez vos développements.

Et c’est là que les athéniens s’atteignirent : Tesla a un rien zappé cet aspect des choses. D’un côté, on les comprend. Une  modèle S, çà commence autour de 65 tickets. A ce prix-là, personne ne veut d’un open bar. Seulement, les règles sont les règles. Si le gros Stallman l’apprend, c’est comme pour l’oreille du président Bernès (ou pour l’aile de la limo) : nous allons droit au procès. On est, à tout le moins, surpris par autant d’amateurisme pour une bagnole qui tape dans le haut de gamme.

En plus, ils ont eu le culot de demander au proprio d’arrêter ses tests, sous peine d’annulation de garantie. L’autre conclut son article et se demande comment tout cela va se terminer. Il n’est pas le seul.

Posted In,