2014 : prenez-en de la graine

Il n’est pas facile de blogoir ces temps-ci, tant la bonne presse et les sites spécialisés couvrent l’actualité dans ses recoins les plus ubuesques. Heureusement, votre blog ne se contente pas de vous révéler le mot de passe le plus utilisé. Ni celui employé pendant des années par l’armée américaine pour tirer ses missiles nucléaires. Ni même, que voici 30 ans, un arrogant californien a piqué l’idée du fenêtrage et de la souris à Xerox. Ni que le futur portable de Nokia sous Android est une daube. Ni que l’université de Princeton disparaîtra dans 50 ans. Ni que la Chine a développé son propre OS. Ni que des scientifiques pensent pouvoir alimenter nos portables avec du sucre. Ni que …

C’est chiant, hein ?

Pour se distinguer de nos jours, rien de tel que la recherche scientifique un rien vaseuse. Ça tombe bien, les futurs reboucheurs de tunnel ont eu l’idée de la décennie.

Au départ, l’intention est louable. : les stocks de minerai de cuivre suffisent pour couvrir les besoins de l’humanité pendant environ 25 ans . Il importe donc de trouver un nouveau matériau conducteur. Dans l’informatique, par exemple, une bonne partie des circuits emploie le métal rouge. Quel ersatz pour nos futurs PC’s ?

En bonne logique de buveur de thé au lait, les chercheurs de l’University of West England se sont tournés vers la laitue : on va manquer de cuivre, alors que la laitue, aucun risque (encore que…). Une équipe de doctorants a donc testé des salades âgées de quatre jours (très important). Après moult recherches, après des tas de cahiers griffonnés, des tas de bics vidés, des processeurs en surchauffe, des RAM’s hypertrophiées, des corbeilles à papier débordantes, les conclusions sont tombées, impitoyables : la laitue est moins bonne conductrice que le cuivre. Patatras. On conçoit l’amertume de nos amis futurs ex-européens. Si ça avait marché, ils prenaient un brevet sur la laitue de 4 jours et mettaient le monde à leurs pieds.

Ne baissons pas les bras. Tout travail académique à ce niveau doit inclure un chapitre « suggestions de recherches futures ». Chers londoniens, il vous incombe d’extrapoler vos études : qu’en est-il de la batavia, de la scarole ou de la mâche de Rotterdam ?

Correction : ce ne sont pas des londoniens : l’université de West England se trouve à Bristol. Étonnant que l’étude n’ait pas fait un carton.

En fait, la grosse faiblesse de cette recherche réside dans un postulat de base : nous aurons toujours des laitues. Ici, je ne ris plus : la grande Commission voudrait définir la liste des graines cultivables dans l’Union. Pas sur la liste, pas d’autorisation de cultiver. En clair, Barroso déroule le tapis rouge à Monsanto et autre Bayer. Heureusement, un MEP se met en travers : l’écolo Turmes (et son look écolo) demandent à tout un chacun d’envoyer une lettre au Commissaire à la Protection des Consommateurs. Si ça vous intéresse, c’est ici.

Sinon, dans 25 ans, nous achèterons nos processeurs chez Monsanto.

salad_inside