Technossaire M (2)

Mozilla : phénix de Netscape, la fondation Mozilla a d’abord établi Firefox comme principal concurrent d’Internet Explorer, avant de se laisser passer par Chrome. Selon un récent sondage pourtant, Firefox est perçu comme le browser au plus fort capital de confiance. Aujourd’hui, l’imbrication de Firefox dans Mozilla est telle que le premier est devenu un proxi pour le second.

Sécurité paramétrable, surf anonyme, blocage sélectif, outils de développement en tous genres, solution pour courrier électronique, Mozilla respecte à merveille son slogan « we’re building a better Internet ». On commence à la création de pages web avec Thimble pour finir au smartphone avec Firefox OS.

C’est d’ailleurs là qu’on les attend en 2013 : Firefox OS va affronter Android bille en tête. LA première question le l’année sera par ailleurs de savoir si le monde a besoin d’un OS mobile supplémentaire (elle vaut aussi pour Ubuntu). Réponse probablement positive, chacun des trois gorilles du mobile se servant de nos données à des fins de marketing, Firefox OS offrirait une véritable indépendance à l’utilisateur. LA deuxième question est de savoir avec quels partenaires. Les alliances souhaitables abondent. Pourtant, on aimerait qu’ils aillent plus loin : Nokia par exemple, n’offre qu’une seule plate-forme et a désespérément besoin d’une seconde.  Sony ou un des nombreux chinois seraient, eux, intéressés. L’hypothèse la plus vraisemblable reste cependant l’initiative individuelle. A nous les Odin, les roots, puis l’installation à la paluche. Mais si l’indépendance est à ce prix, pourquoi pas. Pourtant, un Lumia 920 sous Firefox OS, çà ne manquerait pas de gueule. Enfin, pour que toutes ces briques s’assemblent, il faudra un OS plus stable et performant : les présentations au MWC de Barcelone ont déçu.

Enfin, notons que Firefox OS viendra embêter le produit-phare du généreux mécène : la fondation tirait, en 2007, environ 88 % de ses revenus de chez Big Broogle. On se doute que ces derniers vont apprécier moyen un concurrent à l’omnipotent Android. Pourtant, c’est un prêté pour un rendu. Quand Firefox dominait le web libre, ils ont lancé Chrome et scié les barreaux de la chaise au panda roux. Ce lien schizophrénique caractérise l’historique entre Big Broogle et Mozilla : on se tire dans les pattes autant que faire se peut mais on reste en couple, à l’exclusion de tout autre.

Elle souligne aussi le manque d’opportunisme (ou l’égocentrisme) de Microsoft. Positionné au centre du web, Mozilla constituerait le partenaire, voire le complément idéal à la panoplie de Redmond. Mais Big Steve a d‘autres soucis pour l’instant…

Doing_Good

Doing good, c’est plus précis que Don’t be evil…