Le George tue

Toute la presse l’a évoqué : ce weekend, George nous a quitté.  La perte est immense. En effet, George était l’ambassadeur d’une sorte et d’un style unique, qu’on ne reverra probablement plus.

On ignore encore les causes de son trépas mais il se murmure qu’un piano lui serait tombé dessus. Manque de bol, il n’y avait pas de toubib aux urgences. Pire, il ne reviendra pas du paradis : il n’a pas de dosettes à 80€/kilo comme monnaie d’échange. Dieu, lui, n’a même pas placé sa réplique rituelle : « make an educated guess ». Pas de Volluto à gagner, pas de grâce possible. Car rapace, Dieu.

George est parti. Comme tous les absents, il aura tort. Et le tort …