Panique au village

Sans crier gare, entre le pow-wow d’Apple et celui de Google, Big Steve a dégainé. A la manière d’une Gattling, il a balancé la version 8 de son OS, sa tablette et son smartphone. Et il semble avoir flanqué les miquettes à tout le monde. Y compris à lui-même.

Première constatation : rien ne pousse à la Surface…

Deuxième constatation, certains se font du mouron. D’abord le gros : où diable était passé son peps légendaire, les sauts de cabri sur scène ? On aurait aimé le voir hurler : « I – love – this – OS » . En fait, il prend au moins deux risques.

Premier risque : on sait d’ores et déjà que Windows 8 ne s’imposera pas sur les PC’s à moyen terme. Le retour sur investissement doit donc s’effectuer sur les plates-formes mobiles.

En théorie, ça s’annonce bien pour les smartphones. Les nouvelles fonctionnalités leur permettront de viser le haut de gamme.

Par contre, le deuxième risque provient des tablettes. Il se murmure que Big Steve exigerait 85$ par licence pour son OS. Il se chuchote aussi que la majorité des producteurs ne trouve pas ça drôle. D’aucuns prétendent donc que Redmond dut sortir sa Surface pour forcer la main à Dell et consorts. Surface devrait se vendre autour de 700$. Retirez environ 150$ pour la production du hardware, il reste 550$ de profit pour le gros. Problème, il resterait 85$ de moins pour les Dells, HP et tutti quanti, qui, à coût et fonctionnalités égaux, ont donc intérêt à choisir Android.

Chez les concurrents, on ne rit pas non plus. Le Windows phone fera au moins deux victimes. RIM d’abord, dont la dernière porte de sortie consiste, à notre humble avis, à vendre l’entreprise à qui en voudra bien.

L’ail phone ensuite. Déjà largué par Android, il voit débarquer un concurrent à l’éco-système plus étendu et au même business model. A vouloir thermonucléariser un concurrent, ils vont se retrouver vitrifiés par un autre. Témoin l’intervention du patron de Foxconn. Il lance un vibrant plaidoyer pour l’ail phone 5. Curieux, les autres années, personne ne bronchait.

Du côté d’Android aussi, on s’affaire. Une tablette Nexus 7″ sort dans les prochains jours. Produite par Asus, elle devrait s’afficher à 199$. Ici, on semble tirer la leçon de l’échec d’Android sur ce support. A vouloir commander des prix similaires à l’ail pattes, il était évident que le concept se planterait. On espère que l’alliance Asus-Google rendra un certain bon sens à Samsung et autres Sony. Pour capturer ce marché, Android n’a d’autre choix que le bas de gamme d’abord et la montée en régime ultérieure.

Même si la plupart des produits annoncés ne nous seront pas proposés avant Q4, le timing de l’annonce était bien choisi. Le show d’Apple est complètement effacé des mémoires, la barre est placée très haut pour celui d’Android. Ceci étant, Big Steve joue probablement sa tête sur ce coup. Sa réussite prévisible dans les smartphones ne suffira pas, une percée dans les tablettes est indispensable. Enfin, un groupe d’intérêt bénéficiera de l’annonce : nous-mêmes, les consommateurs.

Youpie

I am happy, boo
Posted In