Nokia : 8, noir, pair et ?

Nokia a payé un dividende de 0,20€ par action cette année, soit 9% au cours du jour. Un rendement dingue. En fait, ce n’est pas le dividende qui est élevé, c’est le cours de l’action qui rase le tapis de la roulette.

Depuis plusieurs semaines, nous nous intéressions à Nokia. Nous lisions des articles divers et variés sur la fameuse optique à 41 Mpx (même votre Canon à 2.000€ n’y arrive pas). Or les finlandais ont développé une technologie, appelée Pureview, à ce niveau de résolution. Alléluia, nous auront bientôt des smartphones capables de détailler les facettes  d’une drosophile.

Ouais.

Pureview est en production, en fait. Mais uniquement sous Symbian pour l’instant.

Le seul intérêt de l’offre actuelle, c’est de souligner l’aveu implicite du dilemme dans lequel leur CEO les a enfermé. En effet, on se rappelle de l’accord exclusif passé avec Big Steve. On sait aussi que Redmond définit les spécifications des portables désireux de condamnés à tourner Windows 7.5. (pas de slot micro SD, pas de processeurs multicoeurs, résolution d’écran de 480 x 800,…) Devant le ridicule d’afficher une image de 41Mpx en 480×800, Nokia n’avait pas d’autre choix que de se rabattre sur l’ancêtre Symbian, les autres portables étant dévolus aux « developers, developers, developers » de Big Steve. Lesquels ne semblent pas aux pièces pour livrer leur révolution technologique : Windows 8. Or le scandinave, lui, brûle ses dernières réserves (2,1Mia€ en 5 trimestres). La question, toute simple, s’énonce donc : qui arrivera le premier de Windows 8 ou de la faillite ? Le CEO de Nokia tout misé sur le (Windows) 8. Si la petite bille se place sur un autre nombre, on vendra le mobilier aux enchères…

Voici trois semaines, le patron d’un grand FAI regrettait le choix de Nokia : s’ils avaient choisi Android, ils seraient déjà sortis de l’ornière. De fait, un smartphone Nokia avec écran Amoled, processeur quadricoeur, carte micro SD. PureView, leur Music Store et leur système propre de carte/GPS n’aurait aucune peine à tenir tête aux meilleurs produits asiatiques actuels. Leur qualité de fabrication, elle, n’a jamais souffert la moindre critique.

Leur PDG, un ancien employé de Big Steve, est retourné chez sa maman pour tenter de sauver la boîte dont on lui a confié les clés. Il serait dommage qu’un complexe d’Oedipe mal évacué finisse par avoir la peau du dernier manufacturier high-tech d’Europe. Et d’une technologie aussi brillante que PureView.

… je vais lui sauter dans les bras. Alors, il saura que je l’aime…