Non Steve, t’es pas tout seul

Cette semaine, l’hebdomadaire financier Forbes a dégradé Steve Ballmer au rang du pire manager au monde à virer en premier. Ce blog n’est pas franchement une groupie de Redmond. Pourtant, cette fois, on va supporter le gros.

Depuis plusieurs années, les financiers de tous poils vomissent leurs frustrations à l’encontre de Microsoft. Non pas à l’égard de la technologie ; c’est le cadet de leurs soucis. Leur cœur de cible : le cours de l’action. On se situe donc dans la pensée à court terme et le résultat brut, la vision étroite par le trou de la serrure des écrans Bloomberg.

 

D’ailleurs, les arguments de Forbes font pleurer. Premier reproche : Vista. Sauf que Vista fut conçu par le prédécesseur de Big Steve, un certain B.G., monopoliste du PC, que nous baptiserons Billou afin de préserver son anonymat. Le Billou en question fut le véritable architecte de Vista et quitta la boîte certain du flop de sa création. En fait il quitta la boîte trois ans trop tard, obnubilé par sa domination totale du PC. Pendant ce temps-là Google conquérait Internet, Apple le smartphone, ‘O Reilley créait le concept du web2.0. Aujourd’hui, Big Steve court encore après le retard engendré par son ex-collègue et actionnaire principal.

L’autre reproche c’est d’avoir planté ceux qui l’ont suivi. Sans pouffer, Forbes avance que Big Steve est la source des ennuis de Nokia ou HP. HP avait un super manager voici trois ans. Mais il aimait tâter les tétons. Depuis, c’est la débandade : HP a changé de CEO deux fois et réorienté sa stratégie autant de fois. On a rarement vu un mismanagement d’une telle qualité (incidemment, ça ne tracasse pas Forbes). Quant à Nokia, son incapacité à couper le cordon avec Symbian lui a flanqué une image de ringard et pourrait causer sa perte totale. Loin de le planter, Microsoft représente sa dernière bouée.

En outre, dans un article bâclé, Forbes se contente de critiquer sans aborder la moindre ébauche d’une approche de suggestion de solution. Facile : vous choisissez une grosse cible, vous la flinguez et, quelle que soit la qualité de vos propos, vous êtes au moins sûr de faire le buzz.

En fait si l’on m’avait proposé sa place, je n’aurais probablement pas accepté. Big Steve est coincé entre le marteau et l’enclume. Pour re-dynamiser MSFT rapidement, la solution consisterait à l’éclater en trois, voire quatre entités, chapeautées par une holding. Principal adversaire de cette solution: un certain B.G., monopoliste du PC, que nous avons déjà baptisé Billou plus haut. Allez vous dépêtrer dans un environnement pareil.

Cette semaine, l’hebdomadaire financier Forbes a dégradé Steve Ballmer au rang du premier manager au monde à virer. Cette semaine, votre blog dégrade Forbes au rang de pire magazine financier de la planète. Ils s’en foutent ? Moi aussi, je n’ai jamais lu Forbes.

C’est malin, il broie du noir maintenant